La sécheresse vaginale

Plus d’une femme sur six déclare souffrir parfois de sécheresse vaginale. Ce trouble peut avoir des conséquences psychologiques et retentir sur le couple, entraînant une baisse de la libido. La sécheresse vaginale signifie que le vagin n’est pas suffisamment lubrifié.

A partir de la puberté et jusqu’à la ménopause, le vagin produit des sécrétions œstrogéno-dépendantes, auxquelles vient s’ajouter la glaire, produite par le col utérin et très abondante dans les jours précédant l’ovulation.

Lors de l’excitation sexuelle, chez la femme, c’est le vagin qui produit l’essentiel de la lubrification. La participation des glandes est peu importante, elles produisent une faible quantité d’un liquide très lubrifiant. L’abondance de la lubrification est très variable d’une femme à l’autre et peut persister plus ou moins longtemps après le rapport.


Situations favorisantes :

Il peut y avoir différentes raisons pour expliquer une sécheresse vaginale. • Le manque d’œstrogènes est une cause fréquente. Cela arrive très souvent après la ménopause. L’utilisation de pilules contraceptives mini-dosées peut, pour la même raison, également entraîner une sécheresse vaginale. • Les infections vaginales, et en particulier les mycoses, sont fréquemment impliquées. • Les causes psychologiques ne sont pas à négliger. Elles apparaissent lors de difficultés d’ordre sexologique. La sensation de sécheresse provient de l’insuffisance de lubrification, mais c’est surtout de la difficulté ou de la douleur engendrée que les femmes se plaignent. Dans ce cas, la lubrification est inhibée par l’appréhension, la pénétration est plus difficile, justifiant ainsi la crainte du prochain rapport, et ainsi de suite. Il peut alors se révéler utile d’utiliser un gel lubrifiant.


La lubrification

Pour améliorer le confort et éviter les désagréments entraînés par un problème de sécheresse vaginale, il peut être souhaitable d’utiliser un lubrifiant.

Il peut également être utilisé lors d’un rapport sexuel avec un préservatif (ce dernier retenant la lubrification masculine “naturelle”) ou lorsque la pénétration risque d’être douloureuse (lors d’un premier rapport par exemple). On préconisera un lubrifiant à base d’eau. Ce dernier sera compatible avec tous vos jouets.


La vaseline est utilisée depuis plus d’un siècle. On peut lui reprocher d’être un peu grasse et surtout de compromettre la fiabilité des préservatifs. C’est pourquoi on s’orientera plutôt vers un lubrifiant à base de silicone. Ce dernier offre des vertus lubrifiantes inégalables. Ils sont recommandés car ils ne présentent pas les défauts de la vaseline. Ils sont compatibles avec les préservatifs et ne tâchent pas car ils ne contiennent pas de corps gras.


La crème orgasmique de Shunga offre une lubrification naturelle et elle est idéalement préconiser pour ce type de problème vaginal.